▲ Jour 5 : Les Geishas ne sont pas des putains.

Mes chers voyageurs,

J’ai une certaine passion en ce qui concerne les coutumes, les traditions et les croyances des toutes les civilisations, et aujourd’hui, partons en voyage et faisons un point sur le Japon et ses Geishas.

Paysage automne Kyoto Daigo

Beaucoup en ont encore une image faussée et je compte rétablir la vérité : Les Geishas ne sont pas des putains.

« Geisha » : personne exerçant les arts.

Entre activité artistique et vie rigide

C’est aux XVII et XVIIIe siècles que le Japon connait l’apogée des Geishas. Dans un premier temps danseuses, leur rôle se transforme et la maîtrise des différents arts s’ajoute à leur activité. Une Geisha a la mission de divertir une clientèle aisée venue se détendre. La musique, la composition florale, la conversation, le service, les poèmes viennent compléter la formation de ces femmes. En aucun cas la prostitution faisait parti de ses compétences, au contraire, puisqu’elle représente l’élégance et le raffinement. En revanche, elle pouvait nouer une relation particulière avec un client, mais cela ne rentrait pas dans le domaine professionnel, c’était sa vie, son histoire.

Pour devenir Geisha, la formation comprenait de nombreuses étapes débutant dès la plus tendre enfance. Souvent, la tenancière de la maison de Geisha achetait des filles aux familles pauvres. La Geisha est une Maiko, une apprentie Geisha, ayant réussi une sorte d’examen qui confirmait sa maîtrise des arts et l’accord de la Geisha qui la suivait. Une autre cérémonie accompagnait le devenir d’une Geisha : le mizuage. C’est l’achat de la virginité, néanmoins, cela n’impliquait pas un rapport sexuel (dans les faits).

La Geisha est une artiste.
La Geisha est une artiste.

Des femmes d’élégance et de droiture

Le maquillage, ancré dans les mentalités de chacun, est en réalité celui des Maikos et non des Geishas. En effet, le maquillage entre les deux femmes se transforme, illustrant l’évolution vers la maturité. Les Geishas utilisent ce fard lors de grandes fêtes. Les lèvres inférieures et supérieurs sont tour à tour soulignées de la couleur rouge. Le fard blanc était initialement composé de plomb et progressivement, la poudre de riz le remplace pour des questions de santé.

La tenue vestimentaire par excellence est évidemment le kimono, et celui ci est aussi un marqueur de la place de la jeune femme dans sa formation. Le kimono est différent selon le rang, la saison, la cérémonie ainsi, alors qu’il est très coloré pour les Maiko, il s’épure pour les Geisha accentuant encore, la maturité acquise.

Dans la même logique, la coiffure représente la place dans l’apprentissage mais reste plus ou moins la même en se basant sur la chignon traditionnel. Selon les circonstances, les cheveux sont ornés de peignes et de fleurs.

La Geisha est une femme pour plaire.
La Geisha est une femme pour plaire.

Les Geishas ne sont pas des putains.

J’espère vous l’avoir fait comprendre, la Geisha ne se livre pas à ce type de service, et encore moins pour une somme d’argent. En revanche, dans chaque maison se trouvait une Yujo, autrement dit une prostitué, afin d’assurer les finances. Une autre facette pouvant faire penser que la Geisha est une putain, c’est son protecteur, appelé Danna. Ce dernier choisissait la Geisha qu’il voulait prendre sous son aile et lui assurer une avancée sociale, une protection financière, mais cela n’était pas sans retour… La Geisha est ni une femme, ni une épouse, mais l’intermédiaire entre le mari et sa femme, une confidente et une maîtresse, pour un seul homme.

Cet amalgame vient notamment des occidentaux. Pendant la Seconde Guerre Mondiale, les Américains contrôlaient le sol japonais. Comme tout bon soldat (et parce que ce sont des hommes #joke#), la satisfaction de leur besoin se faisait grâce aux prostitués, les Yûjos. Ces dernières s’habillaient de la même façon que les Geisha à quelques détails près qui ont leur importance, par exemple, leur ceinture était nouée devant et non derrière afin que ce soit plus pratique à enlever. Ces Yûjos se faisaient d’ailleurs appelés « Geeshas » afin d’attirer plus de clients, clients friands d’exotisme et ne voyant pas la différence entre l’Artiste et la putain.

michaelchandler-4426288835_9f97bf01fc_z

« Être Geisha, c’est être apprécié comme une oeuvre d’art vivante » _ Mémoire d’une geisha

  • Connaissais tu la différence entre Geisha et putain ?
  • Quelle coutume ou tradition t’intéresse également ?

3.. 2.. 1.. Virée dans l’espace

Sources : 1, 2, 3

Rendez-vous sur Hellocoton !

Publicités

3 commentaires

  1. C’est un très bon article, je pense que les gens ne se rendent pas assez compte de la différence et de se qu’est une geisha réellement.
    Merci pour ce merveilleux article

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s